La porte étroite

Publié le par Maayan

 

poetes 

 

Frégate fantôme passe la porte étroite, glissant sur l'ivresse des routes parallèles

 

Là où l'absence embrasse le silence dans les entrailles d'une nuit blanche

 

Voguant vers l'inaccessible rencontre, un non lieu où mots se noient dans une écume de cheveux d'anges

 

Dont nul ne reviendra pour conter la grandeur du Mystère à jamais non révélé

 

Embrasé par l'Amant éternel ne connaissant pas ton Nom, car le sien il t'a donné

 

Mémoire engloutie par ta Présence

D'un air indompté, je m'accorde encore quelques fois aux rêves de mes amours agitées

 

Offrant au corps, l'illusion de se souvenir que Toi et Moi, n'avons jamais été deux

 

Et que j'emplis  et Suis tout l'Espace des cieux

 

Maayan

 


 


 


Commenter cet article