Prélude et fugue

Publié le par Maayan

 

ffbeeb5b5bfb069c506f2068feb51aa9-d33muca

Prélude sur un air lent qui m'égare, d'extase j' en bois l'eau de mes larmes

 

En crechendo tu touches l'éternité, là où aucune prière, aucun oiseau ne volerait si haut

 

Même le silence tu désarmes, le froid de l'hivers devient chaud 

 

Et le vacarme des pensées se meurt en longue traîne de léthé

 

Je prierai les cieux pour que ce rêve devienne un semblant de réalité

 

Et j'irai voler sur les ailes d'une fugue aux allures d'oiseaux lyre

 

Tremblante d'émotion sur un air de passion pure et de sourire

 

Mariant  le prélude à la fugue, avec le ciel pour unique point de mire

 

Maayan

 

 


 

Voir les commentaires

Interlude

Publié le par Maayan

 

prelude

Voir les commentaires

La porte étroite

Publié le par Maayan

 

poetes 

 

Frégate fantôme passe la porte étroite, glissant sur l'ivresse des routes parallèles

 

Là où l'absence embrasse le silence dans les entrailles d'une nuit blanche

 

Voguant vers l'inaccessible rencontre, un non lieu où mots se noient dans une écume de cheveux d'anges

 

Dont nul ne reviendra pour conter la grandeur du Mystère à jamais non révélé

 

Embrasé par l'Amant éternel ne connaissant pas ton Nom, car le sien il t'a donné

 

Mémoire engloutie par ta Présence

D'un air indompté, je m'accorde encore quelques fois aux rêves de mes amours agitées

 

Offrant au corps, l'illusion de se souvenir que Toi et Moi, n'avons jamais été deux

 

Et que j'emplis  et Suis tout l'Espace des cieux

 

Maayan

 


 


 


Voir les commentaires

L'Amour dans tous ses états

Publié le par Maayan

 

 

 

2645017436_small_1.jpg 

 

Dans l'antre du coeur, là ou tout concept se perd en de vaines perspectives

 

Là où le ciel marie l'horizon à la mer, enfante en cascade d'écume les Amours permissives

 

Là ou l'air embrasse le feu et accouche de l'éther

 

Où le personnel et l'inconditionnel ne sont qu'Un

 

Et par magie s'accouplent pour découvrir ce que c'est qu'Être deux

 

Là où les corps brûlants d'amour s'offrent au Divin

 

Et se consument dans un univers de feu

 

Promettant sans réserves d'aimer jusqu'à la fin et encore dans le temps bien  plus loin

 

Autant de jeux de mots pour réaliser que l'Amour n'est pas ceci ou cela

 

Que du particulier à l'impersonnel pur et immaculé

 

L'Amour dans tous ses états

 

Du corps humain au coeur sacré, nul espace à envisager

 

Que l'Amour "Est" et rien de ce qui est ne saurait être autre chose que l'Amour vrai

 

Maayan

 


 


 


 


 


 



Voir les commentaires

Amour de Lumière

Publié le par Maayan

 

 

amour-lumiere.jpg  

Si j'avais à parler de Rien, je parlerais d'Amour audelà des méridiens et des latitudes

 

Sans circonférence et sans point de référence dans son infinitude

 

Rien donnant tout sans reprendre un atome, sans condition

 

Lumière déversant à jamais une substance nommée Néant

 

Celle avec laquelle pétrissant le monde des pensées aimantes

 

Devins amoureuse d'une idée de ce que serait un Absolu existant

 

Quintessence sans nom, bouillonnante, palpitante, évanescente

 

Rien ne pourrait Être que tu n' illumine pas d'Amour

 

Il ne manque que mes yeux fermés pour le voir et mon ouie tendue pour tes murmures entendre

 

Maayan

 


 


 


 


 


Voir les commentaires

Vie de bohème

Publié le par Maayan

 

 

boheme.jpg

Que serais je sans le coeur poète et l'âme musicienne,

 

Au détour d'un chemin en Bohème quand le corps se souvient

 

Que de tous temps, je fus comme Erato, une muse bohémienne

 

Amante des ruisseaux et des forets aux senteurs de pins

 

Que dans les prés fleuris quelque part du coté de l'Est

 

Un violon pleurait la complainte des airs tziganes

 

 Et la nostalgie des hommes en mal  d'un pays lointain

 

Des rires purs et innocents d'un monde enfantin

 

Qui en rondes folles formaient d'amour joyeux une longue chaîne

 

Mon coeur se souvient aujourd'hui qu'encore je suis bohème

 

Sans attaches, sans patrie, rêvant  d'un univers de poèmes

 


 

Maayan

 

 


 


Voir les commentaires

Le crépuscule des Dieux

Publié le par Maayan

 

 

 

 

lune-grosse.jpg 

 

Combien Crépuscule au détour de l'ombre, frémissant sous un vent léger,

 

En ondes ciselées d'or tu te meut, combien j'aimerais fixer ta

 

beauté dans quelque opuscule, que je puisse à jamais frissonner de lire tes reflets danser sous le ciel des dieux

 

Et si Dieu me faisait la grâce de te faire rencontrer l'aurore, je me ferais païenne pour adorer tout l'or des cieux

 


 

 

Maayan


Voir les commentaires

Saint Amour

Publié le par Maayan

 

la-passion.jpg 

 

Quand d'en haut au travers des chastes Amours

 

Tendre Amant rêvant  de sa peine, l'oeil et l'Âme attentive

 

Conscience forte et luisante aux opales contours

 

Offre en récompense, innocence et libre dérive

 

Ne pleures plus le profane, le divin récolte tes larmes  dans le creux de ses mains

 

D'un Amour si enveloppant, efface tout ce qui fut dans l'imaginaire

 

Le demain et le hier à l'aube naissant laissant seul Être  le Coeur

 

Sans besoin du lendemain

 

Maayan

 


 


 


Voir les commentaires

Quand l'univers disparaitra

Publié le par Maayan

 

ciel1.jpg 

Quand l'univers au pied de l'océan brisera sa forme

 

Un million d'astres au firmament démesurément s'éteindront

 

Le prisme de couleur qui si longtemps illumina ton étole

 

Pour un court moment se fera noir profond

 

Le temps de laisser à l'azur de tes yeux sécher les larmes fines

 

Déposer sur les berges du temps des bagages devenus trop lourd

 

Enlever de tes pieds quelques épines et chardons en calice

 

Et soudainement révéler l'Eternel sans mesure sans nom

 

l'unique Amant dans toute sa dimension

 

Maayan

 


 

Voir les commentaires